Monique Fillias

na-6378e79dSuite à la journée d’information du 29 janvier dernier dans les nouveaux locaux prévus pour le Centre, j’ai senti cet espoir, cette conviction impressionnante du sens du partage qui peut guérir.

Pour moi il y a la clinique provençale, l’association Ressources, un autre regard sur le cancer, le tout est mêlé, c’était en 2009 quand j’ai eu mon premier traitement de chimiothérapie.

Tout en faisant partie du corps médical (à la retraite maintenant) j’ai découvert de plus en plus, au fil des années, dans l’exercice de ma profession de kinésithérapeute, l’importance et la nécessité de la relation humaine accompagnant le traitement médical. Que derrière notre blouse blanche de soignant, il y a un homme ou une femme, et qu’une personne porteuse d’un diagnostic pathologique a un prénom et aussi une histoire comme le soignant. C’est primordial de le prendre en compte.

Donc, il y a deux ans j’apprends que j’ai un cancer et me retrouve à la clinique provençale à Aix et là … malgré le désarroi de me retrouver malade, engagée dans cette traversée, cette épreuve, j’ai encore découvert autre chose :

D’être soignée en groupe, dans cette salle où l’on se retrouve avec d’autres personnes avec qui on parle, avec qui on sourit, qui sont en soin comme moi et… en vie . Ce « mélange », ce contact avec les infirmières, les intervenantes de Ressources que l’on peut rencontrer, les médecins, et tous les amis et la famille qui viennent passer un moment. Cela m’a beaucoup aidé, vivre sans frontière, malade mais en vie, je ne sais pas si les mots expriment vraiment ce que j’ai ressenti.

Par contre aujourd’hui j’ai une rechute. Je m’aperçois que beaucoup de personnes ont aussi des rechutes… depuis des années …et sont toujours vivantes et vraiment vivantes.

Mon point de vue change…

Il y a deux ans à la fin de mon traitement je ne voulais plus penser à tout ça, j’ai presque oublié la clinique, Ressources, etc….

Maintenant, je sais que mon traitement terminé, je vais continuer ma route en voyant les choses en face, ce n’est pas fini, il est nécessaire de réparer les dégâts et quand on reprend de la force il est bon de s’impliquer et s’aider et recevoir de l’aide.

Suite à ma rencontre avec les nombreuses personnes de Ressources, à l’intervention du Dr Mouysset, ce samedi 29 janvier, dans les nouveaux locaux prévus pour l’association, j’ai vraiment senti cet espoir, cette conviction impressionnante du sens du partage qui peut guérir.

Je me dis que j’ai de la « chance » d’être avec vous. Merci.